• Hy'num

    Auteure/ Illustratrice: Miho-chan (Moiii o/)

    Genre: Action, Drame, Comédie, Romance (?), Deathfic (?)

    Résumé: Hy'num, un lycée pas comme les autres. Les élèves y sont bien, et y travaillent tranquillement. Tout sera chamboulé par une jeune fille surdouée qui va réveiller certaines choses chez les gens. Amour, souvenir, haine. Qu'adviendra t-il du sort de ces élèves ?

    -DAT RESUME-

    1:Une fleur blanche ensanglantée 

    2: Piège, farce et Marqueur !

    3: Hy's Battle (part.1)

    4: 

    5:

    [...]

     

  • Hy'num 
    Chapitre 
    III : 

     

    Hy's Battle Le lycée Hy'num, un établissement normal pour des cours normaux... Du moins, en apparence. Le lycée accueille tous les jeunes du pays destinés à devenir des gens du milieu de l'ombre. Qu'est-ce que le « milieu de l'ombre » alliez-vous me dire ? Le milieu de l'ombre est l'ensemble d'organisations agissantes dans l'ombre : la mafia, la CIA, le FBI et beaucoup d'autres pour ne pas les citer.
    Cet institut sert à les former 
    dans leur future profession, il est parfois possible que deux élèves soient amis là-bas mais ennemis en dehors mais cela importe peu, les sacrifices sont importants dans ces « métiers ».

    Aujourd'hui, les élèves sont rassemblés dans le gymnase, un sentiment d'excitation flotte dans l'air. Tous attendaient avec impatience cette période de l'année. 
    Un homme accompagné de plusieurs professeurs avance sur la scène avec un beau sourire gravé sur ses lèvres. Le directeur. Un homme avec le charme de la trentaine. Il avait les cheveux châtains en queue de cheval courte, une mèche recouvrait la moitié droite de son visage. Ses yeux étaient doux et de couleur dorée, ils inspiraient confiance et étaient rassurants. Il était d'une moyenne taille et avait une carrure assez faible mais imposait tout de même le respect. Il portait une chemise grise, un pantalon noir serré au niveau des mollets et des chaussures de même couleur.

    Tout portait à croire que cet homme était très sérieux et que l'on pouvait compter sur lui lorsque dans un cri, il déclara « Alors, ça va les enfants ? ! ~ » tout en se dandinant joyeusement. L'assistance était silencieuse mais surtout gênée, de loin, on pouvait entendre quelques toussotements forcés.
    Le directeur se racla la gorge et reprit avec un peu plus de sérieux : 
    « Comme pour chaque année depuis 
    le début de cette école, nous allons ouvrir l'Hy's Battle ! Pour expliquer aux secondes, ce sera une semaine, où, tous les élèves, sans exception vont participer à un tournoi opposant un groupe d'élèves à l'élite du lycée. Le but étant de parvenir à leur soutirer une place. 
    Du 
    lundi au Mardi, nous allons distribuer les règlements ainsi que les modalités du tournoi, puis le mercredi, il y aura les sélections, un pré-tournoi si vous préférez où vous vous qualifierez pour participer au tournoi final.
    Sans plus tarder, je vais vous présenter l'élite ! Maria, Julia, Lewis,
    Dlaynn,Irwin, Yue et Léo ! Un tonnerre d'applaudissements pour eux ! » Les 7 élèves s'étaient avancés au même moment où leurs noms étaient prononcés.

     

    Au fond du gymnase se trouvait Miyu, dans ses yeux on pouvait lire la stupéfaction des nouvelles qu'elle venait d'apprendre malgré le fait qu'elle soit très peu expressive. 
    I ls étaient alignés comme des poteaux scrutant la salle avec insistance. Maria, semblait être la plus jeune du groupe, elle avait les cheveux roses et les yeux lilas. Elle portait l'uniforme du lycée quoique assez customisé pour que l'on puisse la confondre avec une de ces gentilles dames qui attendent des voitures tard le soir... 


    A côté d'elle Julia, une jolie demoiselle plus âgée. Elle portait elle aussi l'uniforme mais avait troqué la jupe habituelle pour un leggins souple et pratique. Ses cheveux étaient d'une couleur étrange, violacés sur le haut du crâne et vert émeraude aux pointes. Ses yeux quant à eux étaient aussi verts. Elle avait aussi teinté ses lèvres de rouge pour pallier leur finesse. 


    Lewis, était un garçon à l'apparence androgyne, il avait le visage fin, encadré par ses mèches de cheveux flamboyantes, ses yeux quant à eux étaient gris argenté et ils semblaient lire en nous. Il portait aussi l'uniforme mais plus convenablement que les précédentes.


    Dlaynn malgré la tenue qu'il portait, avait l'air noble, ses cheveux blonds comme le blé, et ses yeux bruns lui donnant cet aspect royal. Il  portait juste un jogging, la flemmardise s'étant manifesté ce matin, lors de son réveil.

     

    Nous n'allons pas présenter les deux suivants puisque nous les connaissons déjà ; un garçon tellement violet qu'on pourrait le confondre avec une aubergine et un autre aux cheveux bleu nuit et sa majestueuse mèche blanche qui complète le visage fermé qu'il a habituellement. 
    Il se tenait à côté d'un certain phénomène, appelé Léo. Il portait un imperméable kaki et un col roulé gris ainsi qu'un bonnet de même couleur. Cela ne laissait qu'entrevoir que  ses deux orbes marines qu'on appelait des yeux. Ils étaient profonds dotés d'une infinité de nuances et de reflets. Son regard était tout simplement magnifique.

    Lorsque le discours du directeur fut achevé, tous rompirent les rangs laissant tranquillement place à l'élite qui semblait en avoir besoin pour parler. Ils se dispersèrent un peu partout sur la scène à leur aise, Irwin se faisait taquiner par Julia tandis que Yue le regardait d'un air moqueur. A côté de lui, Maria le dévorait des yeux, les siens ronds comme des soucoupes. Dlaynn jouait aux cartes avec Léo et Lewis en silence. 

     Le violet se décida à répondre aux provocations de son vis-à-vis, et se dégagea de son tyran en sortant son téléphone de sa poche : 
    «  Dis-moi, Yue-Kun ! Comment se passe ta relation avec la belle ?
    - Quelle relation ? ! cria Maria avant de se rasseoir calmement, se rendant compte qu'elle avait l'air d'une hystérique
    - Rien, ne répondit l'intéressé d'un ton désinvolte.
    - Ah?~ Parce que moi avec ce que j'ai vu... je pensais que...
    - Et qu'est-ce que tu avais vu ? Demanda Julia derrière lui
    - Hé hé regarde-moi ça, dit-il en lui tendant son téléphone
    L'écran affichait deux photos, l'une avait été prise à l'infirmerie, on y voyait Yue « enlaçant » Miyu et une autre prise au vif lorsque Yue lui dessinait des moustaches en guise de vengeance. Le principal concerné se demandait comment il avait pu prendre ces photos (en appuyant sur un bouton si vous voulez mon avis^^') et lui lançait des regards très sombres. Encore plus lorsqu'il proposa de les envoyer à ses parents. Irwin demanda aux autres s'ils voulaient voir les photos mais seul Léo refusa pensant que c'était inintéressant au grand bonheur de Yue.

     

    L'élite taquina ce dernier jusqu'à ce que le début du tournoi soit annoncé. Ils avaient tous rendez-vous dans la cour pour commencer. Le directeur était fièrement posé aux côtés des qualifiés qui regardaient presque tous les autres avec appréhension. Les dix qualifiés étaient : Marc Adamson, Edward Huggins, Ryu Okamoto, John Yamada, David Wuetrich, Jason Sprentz et à la surprise de tous Miyu Sasaki. Elle avait réussi à se qualifier sans fournir le moindre effort au désarroi des autres participants.

     

    Lorsque tout le monde fut calmé, le directeur commença un énième discours pour terminer par un « Nous allons pouvoir commencer ! » tout en sortant une télécommande de sa poche. On pouvait voir une lueur malicieuse dans ses yeux au moment où il enclencha un bouton. Le terrain se mit à trembler, et se fissurer avec précision formant plusieurs blocs rectangulaires montant et descendant . Ils flottaient dans les airs lentement pour former plusieurs plates-formes de taille identique.

    Le terrain était enfin prêt, il ressemblait à un échiquier géant avec de grands gouffres séparant chaque case. Des tribunes avaient été mise en place en même temps et des écrans holographiques surplombaient l'arène.

     

    Sans plus attendre, le directeur annonça l'ordre des combats et expliqua les règles. Chaque participant pourra utiliser la méthode de combat qu'il préfère, aucune limite n'est imposée. Chaque combats durera moins de 30 min. Le/la gagnant(e) sera déclaré après 10 secondes d'inactivité après un coup ou après un abandon.

     

    Le directeur annonça l'ordre de passage :

     

     

     

     

    Chapitre 3: Hy's Battle

    Le premier combat débuta avec Julia et David. Tout deux se placèrent dans une des cases de l'arène en attendant le top départ patiemment. Julia regardait son adversaire sans crainte tandis que lui c'était tout l'inverse.

    Bang ! Le départ fut annoncé par un coup de feu, une fraction de seconde après, Julia s'élançait vers lui en courant une rapière en main, elle lui asséna un coup au niveau de l'épaule ce qui lui valu de saigner. David, malgré sa blessure,ripostait avec ses matraques enchaînant les coups et les pirouettes.

     

    Le combat faisait rage depuis une bonne dizaine de minutes et le combat était toujours aussi intense. Après quinze minutes, dans les gradins, Yue chuchotait : « Elle a pas bientôt fini de nous faire perdre du temps comme ça ? » d'un ton agacé, les autres riaient lorsque au même moment, Julia mit à terre son adversaire. Elle l'avait pris au dépourvu au moment où il était trop proche d'elle, celle-ci en profita pour utiliser le corps à corps et de lui flanquer une belle balayette au sol.

    Elle se tenait à présent au dessus de lui, sa rapière à quelques millimètre de sa gorge. Ils retenaient leurs souffle, comment allait-il riposter ? Va t-il abandonner ?

    Dix secondes après, c'était affaire réglée, l'arbitre avait annoncé la gagnante tandis que l'autre se relevait comme s'il n'avait rien compris.

    De son siège, Miyu semblait pensive, elle savait très bien que le niveau de l'élite était impressionnant. Mais elle savait que Julia s'était retenue, donc si elle avait était sérieuse, cela aurait été encore plus impressionnant. Elle soupira et se murmura : « Alors, c'est ça la force de l'élite? »

     

    Les combats s'enchaînèrent Léo avait remporté son combat après une minute du coup d'envoi, Lewis avait lui, eu un peu plus de mal et avait fini 5 minutes après, quant à Dlaynn, il avait remporté à cause de son regard de tueur qui fit abandonner John à cause de sa nature peureuse.

     

    Une pause d'une heure avait été donnée à tout le monde, le temps de se remettre de ces combats incroyables. Celle-ci passa très vite et le combat entre Miyu et Maria va débuter. Tout le monde était impatient de voir ce combat, ils étaient intrigués par « cette fille qui s'est qualifiée ».

     

    Dans l'ombre, nous pouvions apercevoir une silhouette menaçante...


    votre commentaire
  • Hy'num

    Chapitre 2 : Piège, farce et marqueur !

     

    «  Sais-tu ce qui est blanc et taché de sang ? »

     

    « Heu... toi je suppose … dit-il gêné. »

     

    La jeune fille se regarda, écarquilla un peu les yeux puis répondit d'un air jovial :

    « Ah oui. Tu as raison !

    • Tss. »

    Yue fronça les sourcils, lui prit la main et l'amena à l'infirmerie. Dans le chemin, lui demandait pourquoi il la tirait et qu'il lui faisait mal. Lorsqu'ils furent arrivés, il la poussa sur un lit et la regarda d'un air énervé :

    • Tu es bizarre.

    • Ah oui ?

    • Oui, tu l'es.

    Les deux se regardaient dans les yeux, cet échange dura quelques minutes. Elle baissa la tête et la tourna puis finalement demanda « Tu comptes rester là longtemps ? ». Yue la regarda, puis se regarda et se retira rapidement. Il était au dessus d'elle, ses mains de part et d'autres de sa tête et ses jambes entourant l'une des siennes. Le brun se dirigea vers une boite à pharmacie tandis que l'albinos se relevait d'un geste lent et se fit soigner. Pendant ce temps, Miyu l'observait d'un air fasciné, voir admiratif. Elle leva la main et pris une de ses mèches entre ses petits doigts et l'enroula autours. La demoiselle entrouvrit les lèvres et sourit.

    Yue étant occupé à sa tache et à penser, n'avait pas vu le sourire malicieux qu'arborait son vis à vis et se trouvait soudainement dessous-elle. Bizarrement, il tremblait. L'air de la pièce se faisait lourd et angoissant. Elle avait retiré sa cravate et l'avait enroulée dans sa main. Le rouge de celle-ci s'alliait parfaitement au sang restant dans sa paume.Un par un, elle détacha les boutons de sa chemise et caressa ou plutôt effleura son torse pour remonter sur son visage. D'un geste brusque Miyu l'attrapa par les cheveux et susurra d'un ton vulgaire : « It's time to rape » qui fit frissonner l'autre et lui laisser échapper une plainte gênée : il bégaya son nom, elle souffla et répondit d'un ton sec :

    « Non, non jeune homme. Miyu n'est plus là, call me Misuzu !

    • T'es une malade mentale... avec des troubles de la personnalité qui plus est.

    • Tss, tss. Non- ! Je suis sa jumelle, son for intérieur, sa protection, son gardien. Tandis qu'elle est pure et innocente, je suis pervertie jusqu'à la moelle... Mais dit-moi mon garçon... Pourquoi lui tournes-tu autours ? Elle te plaît ? Si je m'offre à toi... tu … la laisserais tranquille ?

    Yue était abasourdit. Entendre cela de la jeune fille d'apparence si innocente c'était... flippant. Il détourna la tête et ferma les yeux. Elle prit cela pour un « oui » et s'affaira à sa tache, elle se rapprochait de son visage, la bouche ;en cœur et souffla. Il ne manquait que quelques centimètres avant que leurs lèvres soient scellées.

    Soudain, un claquement de main se fit entendre au font de l'infirmerie, qui eux, furent suivit par d'autre. La personne était tapis dans l'ombre un et riait. Un regard sombre se mêlait à l'incompréhension de Yue. Il savait qui c'était :

    «  Toi... tu vas morfler ! Cria t-il. -Voyons Yue-Kun ! Sois-gentil ! Dit l'inconnu en se dandinant. »

    Il reprit et s'adressa à Miyu : «  Tu es bonne actrice, et tu m'as aidé, merci bien ! Promis juré, je te fais ce-que-tu-sais ! »

    Le brun était perdu dans la conversation « Comment ça ce-que-tu-sais ? » pensait-il. Tandis qu'il lançait des regards assassins au délégué, Miyu s'adressa à Irmin lui sollicita de les laisser seuls. Il s'en alla, un sourire semblant sous-entendre quelque chose de pervers.

    Après un blanc plus que long, Yue se décida à parler :

    « Ça t'amuse de faire ça ? Soupira t-il d'un air exténué.

    • Q-quoi ?

    • Me piéger.

    • Je... heu... c'est que …

    La demoiselle n'avait plus la même assurance que lorsqu'elle jouait la comédie, ce qui déstabilisa l'autre. Il soupira un bon coup ce qui fit sursauter l'albinos. Elle le regarda dans les yeux et lui demanda :

    • Qu'est-ce que c'est que … s'amuser ?

    • Quoi ? Tu te fous de moi ?

    Elle le regardait d'un air sérieux, déterminée à avoir sa réponse. Son interlocuteur s'apprêtait à, répondre lorsqu'elle tomba dans ses bras et gémissant de douleur. Yue ne savait pas trop quoi faire, il était tout seul et il n'y avait personne aux alentours. Il la porta donc sur un lit essayant de la calmer à l'aide de serviettes humides, au bout de quelques minutes elle se calma et le brun était toujours à son chevet.

     

    Voilà une bonne heure que le soir était tombé. Les trois terminales étaient déjà à l'hôpital et Irmin n'avait plus donné de nouvelles depuis lors. Ce vendredi soir, il n'y avait plus personne dans le lycée, les dortoirs avaient été déserté pour le week-end. Il ne restait donc que la petite paire de l'infirmerie dans l'établissement. Là-bas, Yue attendait patiemment, quoique un peu agacé, le réveil de Miyu.

    Celle-ci ne se décidait toujours pas à se réveiller. Il passa donc une main derrière sa nuque et une autre dessous ses genoux et la porta ainsi jusqu'à la gare après avoir précautionneusement posé sa veste sur elle. Il avait décidé de l'amener chez lui puisqu'elle ne se réveillait pas,vue qu'il n'allait pas la laisser là. De plus, même si elle se faisait secouer dans tout les sens elle ne tressaillait pas, aucun mouvement, de geste brusque ou bien une inspiration plus forte que les autres. Il pensait la ramener le lendemain.

     

    Le tram était arrivé, il l'assied sur un siège assez loin des gens, et se mis à côté. Après une bonne demi-heure de route, ils arrivèrent. Yue la pris sur son dos et l'amena donc chez lui. La maison était plongée dans le noir et très calme. Il lui enleva ses chaussures et la déposa sur le canapé. Le brun s'étira et se fit quelque chose à manger : un sauté de légume accompagné de riz.

    L'odeur des plats arrivèrent aux narines de la jeune fille et la réveilla, elle semblait affamée. C'est sûrement dut au fait qu'elle n'avait pas mangé au déjeuné : elle avait oublié son panier repas.

     

    Miyu se releva dans un endroit qui jusqu'à lors, lui était inconnu. Elle regarda autours d'elle, la pièce était dans les tons beiges et blanc, elle était très lumineuse. Elle était grande, et spacieuse : il y avait peu de meuble.

    La fille était assise sur un canapé de « L » de cuir blanc, un tapis de même couleur lui chatouillait les pieds. Au mur, il y avait quelques peintures qui elles étaient assez macabres, elles représentaient des scènes de morts ou de sacrifices mais étaient très bien réalisée.

    Au fond de la pièce, une commode noire semblait détonner dans la pièce. Dessus y étaient posés des cadres avec des photos. L'un deux était renversé, d'un geste lent elle le prit et commença à le tourner.

    C'est à ce moment-là que son hôte arriva dans un « Ah, t'es debout. » qui la fit sursauter . Elle se tourna vers lui :

    • Où on est ?

    • Chez moi.

    • D'accord.

    Après une petite pause elle reprit :

    • Et pourquoi ?

    • Évanouie. Dodo.Tard.Moi ramener ici.

    • D'accord.

     

    Si il y avait un oscar de la conversation la plus divertissante de l'année, il ne serait sûrement pas décerné à celle-ci. Leurs manque de parole était navrant. Miyu regarda Yue et gonfla les joues, celui-ci détourna du regard, sa bouille était vraiment trop adorable. Il lui proposa d'aller manger, elle accepta et ils allèrent dans la cuisine.

    Tout comme le salon, la cuisine était beige et blanche mais aussi peu meublée. Elle avait été aménagé dans le style américain : c'était très joli et agréable. Ils s’assirent chacun de part et d'autre du comptoir. Le brun lui servit une assiette et fit de même pour lui, dans un « bon appétit » synchronisé les deux commencèrent à manger. Après ce bon repas, un énième blanc régnait dans la pièce. Yue se leva, et alla trifouiller dans sa chambre, il revint quelques minutes après avec des vêtements propres.

    «  Tu peux aller prendre une douche, le sang c'est pas trop …

    • Hum, où est la salle de bain ?

    • Deuxième à gauche. »

    Elle se dirigea donc là-bas les vêtements sur les bras. Pendant ce temps Yue s'allongea sur le canapé pour regarder la télé, une dizaine de minutes après elle arrivait propre et presque séchée : ses cheveux étaient trop long pour qu'ils soient secs en 10 minutes. Elle arriva dans le salon et vit le brun assoupit sur le canapé. La demoiselle, s'accroupit à son niveau et lui toucha la joue ; aucune réaction. Elle la lui tira ensuite ; toujours rien. Il dormait vraiment. Elle regarda autours d'elle et vit une chose qui lui fit briller l’œil. Elle avait eut une bonne idée... Après avoir mis son plan a exécution puis se coucha sur la partie non-occupée du canapé.

     

    Le lendemain matin, le brun se réveilla a plat ventre sur son canapé. Il ouvrit un œil, puis un autre et fini par les refermer. Une demie-seconde après, il se releva violemment : le visage de Miyu était en face du sien. Rapidement, il se souvint des événements passés hier ; Miyu à l'infirmerie, le malaise et une longue, très longue attente. Il revint donc sur Terre, et commença à fixer la plus jeune ; elle était calme et paisible, comme à l'accoutumé mais, cette fois, elle ne semblait pas sur ses gardes... comment dire … fragile !

    Miyu se leva, la mine endormie et le regarda à son tour. Elle eut un léger sourire et s'étira comme un chat. Il se leva à son tour et prépara un petit déjeuné. Elle s'assit à la même place que la veille et mangea après lui avoir souhaité un bon appétit. Quand ils eurent fini leur petit-déjeuner, Yue lui prépara un sac avec ses affaires et lui prêta un manteau (nous étions fin automne, le temps se faisait frisquet dans les alentours). Il s'habilla après avoir fait sa toilette et ils partirent ensemble. La petite paire détonnait dans la foule, la fille se détachait des autres par sa couleur de cheveux et l'autre se démarquait par son infinie classe.

     

    Tous le monde se tournait vers eux. Certains avaient le sourire aux lèvres,il y en avait qui commençaient à avoir des rougeurs et d'autre chuchotaient entre eux. Yue ne comprenait pas pourquoi et Miyu ne semblait pas y faire attention. Le tandem était devant le lycée, la demoiselle le remercia et lui dit qu'elle lui rendrait ses affaires Lundi. Il hocha de la tête et s'en alla dans un « au revoir » rapide, elle fit de même et le salua.

     

    Lundi 25 octobre : Le ciel était couvert, l'air était glacial. Tout portait à croire que l'hiver avait décidé de se manifester une semaine avant l'heure. Il avait plus, les fines gouttelettes restantes sur des feuilles étaient déjà glacée.

    Devant lycée, les élèves arrivaient un par un, chacun avec leurs valise et des manteaux plus chauds. Yue arriva.Il portait un masque blanc, il devait sûrement être malade à voir le visage rouge qu'il avait. Il entra dans la classe, c'était toujours le premier à être là, pour profiter au mieux du calme et de la chaleur du radiateur proche de lui. Cette fois-ci, il y avait déjà quelqu'un qui était là, la jeune albinos de 14 ans : Miyu Sasaki. Elle était à coté du radiateur, en train de se réchauffer les mains en regardant à travers la fenêtre.

    Il fit tomber son sac au sol, se craqua les doigts et mis une main dans sa poche, et s'approcha d'elle. Elle se retourna et lui dit « bonjour » avant...

     

    Un cri effroyable venant de la classe retentissait dans le couloir. Tous se précipitèrent vers elle dont Irmin. Il ouvra d'un seul geste la porte et releva la tête. Les élèves étaient tous choqués. Miyu était presque allongée sur son bureau Yue la retenant par la tête d'une main, un marqueur dans l'autre. Elle se débattait en faisant la moue tandis que lui riait sadiquement. Le délégué les interrompis en se raclant la gorge :

    • Heu... Yue ? Que fais-tu ?

    Le prénommé se retourna d'un air étonné, alors que la Miyu lui arracha son masque. Ils riaient tous. Le brun, d'un ton agacé répondit :

     

    « Comme le dit le proverbe : « Œil pour œil, dent pour dent », si moi j'ai des moustaches de chat, elle en aura aussi . »

     

     

    Fin chapitre 2


    votre commentaire
  • Hy'num

    Chapitre 1 : Une fleur blanche ensanglantée.

     

    « Alerte rouge ! L'expérience n°136 s'est évadée. Évacuation de la zone immédiate. Soldats, vous avez ordre de tirer »

    Voila ce que l'on criait avant que je ne m'échappe de cet enfer.

    Je sorti par un conduit d'aération [Claquer autant pour un laboratoire haut de gamme et ne pas penser à le sécuriser, c'est pitoyable] et atterri à quelques pas d'une troupe de soldats armés se faisant briefer sur la situation.

    J'étais enfin dehors : une terre qui m'était inconnue, des passants qui me dévisagent [apparemment se balader en cape ensanglantée en pleine rue ne passe pas inaperçu.] à ma grande peine, un groupe bruyant que je devinais l'armée du laboratoire était à mes trousses. Je courrais de toute ma vitesse, me faufilant dans des ruelles plus ou moins étroites pour finalement les semer.

    C'était là mon jour de libération et accessoirement, le début de ma chute vers un monde obscur...

     

    2023 : Le monde est dirigé par les nouveaux plus puissants pays du globe c'est-à-dire : La France, le Japon ainsi que les États-Unis d'Amérique. Ils ont tout les 3 mené bataille pendant plus de 10 ans dans une lutte acharnée qui les poussèrent à recourir à l'arme nucléaire.

    Les dégâts furent incroyablement important. Plus d'un milliard de personne périrent, et de nombreuses villes furent rasée de la carte. A présent, un accord fut signé interdisant à quiconque la bombe atomique. Chaque pays durent s'en débarrasser, cependant ils perdurent tous en puissance.

    Pour palier à cela, de nouvelles technologies seront ainsi conçues, toutes plus destructrice les une que les autres.

    L'une d'elle était moi, mais je n'en savait rien pour l'instant...

     

    Le lycée Hy'num, un établissement étant assez réputé mais pas trop pour ne pas attirer l'attention. La-bas, une choses invraisemblable allait arriver : l'arrivée d'un élève en cours d'année. Chose qui, normalement, ne devait jamais se produire le règlement sur les admission étant vraiment très strictes. La nouvelle s'était rependue comme une traîné de poudre, les élèves pensaient que le directeur s'était fait soudoyé ou même menacé ! Mais, non. Ce n'était rien de tel.

    La classe était bruyante, très bruyante, à un tel point que le « calme » de service, celui dont la bouche n'émettait aucun son haussa la voix de toute sa puissance jusqu'à ce qu'ils se taisent tous.

    C'était un jeune homme sombre et mystérieux en tout points. Qui rejette la populace au maximum et qui a un caractère un peu... fort. Pourtant sa jolie frimousse lui attirerait plein d'amis s'il ne daignait sourire ou parler un peu. Il avait les cheveux ébènes avec des reflets bleus, sa coupe était courte et ses mèches retombaient sur sont front. Entre celles-ci s'y logeait une plus longue d'un blanc nacré ce qui lui donnait un style assez cool. Le jeune homme avait aussi la peau pâle et les yeux dorés comme le soleil. Il était beau garçon (faut-il se l'avouer?) dommage qu'il soit si froid et introverti. Personne n'osait l'approcher ou presque...

    « Oi Miura ! Ne crie pas comme ça ! Tu vas faire peur à tous le monde ! Gronda t-on derrière lui.

    • Tais-toi sale gosse. Tu saoules. Soupira le dit Miura

    • Mais heu ! Yue-Kun ! Tu es méchant, méchant, méchant (…) méchant ! Se plaignait-il en le secouant.

    • Mais lâche-moi Irwin ! Sérieusement, comment un imbécile comme toi a put être délégué ?

    • Je sais pas. Peut-être que si ça avait été toi, le lycée serait … mort ? Dit Irwin en riant.

    • Ça pourrait être pas mal... »

    Le jeune « taciturne » riait mentalement lorsque son professeur arriva dans la classe, un dossier en main. Il fit taire les chuchotements venant du fond par un « Bouclez-la » des plus glacials additionné à une gomme percutant le front d'un élève dans un « Head Shot » enfantin.

     

    Il se racla la gorge et pris la parole :

    « Bon, comme vous le savez, nous allons accueillir quelqu'un dans la classe. Je vais abréger et lui laisser la parole, après tout, j'ai pas que ça à faire. Tu peux entrer. »

    Des petits pas se faisaient entendre dans le couloir, ceux-ci se rapprochant de plus en plus de la porte. Pour une raison inconnue, les cœurs des élèves battaient tous plus forts. Plus qu'un pas, la porte coulissa et on entra.

    Tous, oui tous, furent subjugués. L'élève était une élève ! Pour préciser, le lycée Hy'num est majoritairement composé de garçons, il n'y a pas plus d'une vingtaine de filles dans l'école pour 300 élèves en tout. De plus, la demoiselle était sublime : elle était fine et assez petite, ses cheveux étaient d'une blancheur immaculée, en cascade sur le son épaule, retenus par un ruban rouge surmonté d'une clochette en verre. Ils se mariaient avec sa peau, elle aussi pâle. Elle avait les joues rebondie et rosée, ses lèvres étant aussi de même teinte. Ses yeux étaient profond et semblaient fixer tout le monde, ils étaient vairons, l'un d'eux était aussi bleu que le ciel et l'autre aussi doré que le soleil (ce qui n'est pas sans rappeler ceux d'un certain solitaire). Elle portait un simple uniforme mais elle était très jolie dedans. La jeune arriva sur l'estrade et se présenta :

    « Je suis Miyu Sasaki... j'ai 14 ans...heu... j'arrive d'Amérique. »

    Celle-ci s'inclina et salua tout le monde. Les élèves ne surent répondre que «  Bienvenue » d'un air gêné et admiratif, Miyu était si jeune et était déjà en première ! Cela relève déjà de l'exploit mais sachant que ce lycée est d'un niveau très haut, cela l'est d'autant plus. Le professeur l'invita à s'asseoir au fond, près de Yue, puisque il y avait des places vacantes qu'à cet endroit. Elle prit le bureau juste à côté du sien sans remarquer le regard que lui portait son voisin.

     

    Pendant tout le cours, Yue l'observait d'un air étrange et concentré. Miyu l'avait remarqué mais ne dit rien. Elle ne voulait suivre la leçon puisque c'était sa première ici. Après plus d'une heure, la sonnerie retentit marquant la pause de 10h . Irwin arriva en trombe ainsi que tous les autres élèves. Ils lui posaient tellement de questions qu'elle ne put y répondre à une avant qu'on lui en pose une nouvelle. C'est pourquoi le solitaire se dévoua pour la débarrasser des « perturbateurs » grâce à son regard assassin et son soupir glacial. C'était plus pour son bien-être qu'autre chose pensait-il. Elle le remercia d'un rapide hochement de tête quand Irwin prit la parole :

    « Hola mi amor ! Je suis Irwin, le délégué de classe. Je ne pourrais pas te faire visiter comme le professeur l'a demandé mais je peux te laisser au bon soin de Miura ! » Il le désigna en lui faisant un clin-d’œil et alla s'affairer à ses occupations. Yue la regarda d'un air effarouché tandis qu'elle le fixait d'un air neutre. Il se leva et elle fit de même, il lui expliqua rapidement comment ça se passait ici ainsi que les lieux du lycée en lui faisant visiter. Pendant qu'ils marchaient beaucoup de gens se retournèrent vers eux n'ayant jamais vu Miyu du tout et Yue accompagné d'une personne.Lors de la reprise, il la laissa au gymnase et alla à un autre cours. Les deux heures passèrent assez vite et ils se retrouvèrent dans la classe, étrangement, Miyu était blessé à la joue mais ne s'était pas soignée. Puisque Irwin lui avait demandé de bien veiller sur elle, il l'amena à l'infirmerie sans attendre qu'elle dise oui. Après qu'il l'ai soigné, ils retournèrent dans la classe sous le regard approbateur des élèves qui tiraient un sourire large de trois mètres.

     

    Le petit duo du temps d'une récrée suscita un bon nombre de discutions parmi les élèves et tout particulièrement celles d'un groupe de 7 personnes ; ils fréquentaient tous Yue et le taquinait sur ce sujet sous le regard désolé et fuyant d'Irwin qui se retenait de rire. Après un bon coup de point dans le ventre et un soupire il demanda :

    « Pourquoi tout le monde parle de Miyu et moi ?

    • Tu ne sais pas ? Demanda Irmin, tu es vraiment incorrigible, tu verrais pas un éléphant même s'il passait sous ton nez ! Ria t-il.

    • Tss. Non franchement.

    • T'es vraiment sérieux ? … Je vois. Bah en faite. Depuis que tu es ici tu n'as parlé qu'à 7 personnes. C'est-à-dire les autres et moi. Et voilà que la jolie demoiselle arrive et tu t'ouvres. C'est un peu bizarre... tu as … un coup de foudre ?

    • Bah. Y'a pas d'orage.. je comprend pas, répondait-il en regardant le ciel, en ce qui concerne mon ouverture c'est parce que... je sais pas elle est très étrange et suspicieuse.

    • Comment ça ?

    • Elle ne parle que pour répondre, et sans trop développer. Elle revient blessée et ne prend pas la peine de se soigner et aussi y'a l'inscription en cours d'année. C'est pas net tous ça.... »

    Irmin prit le temps de réfléchir (chose qui arrive tout les turlulu de l'année) et souffla :

    « Eh ! Mais c'est toi. En fille !

    • t'es vraiment débile quand tu t'y mets.

    • Pfuh ! Méchant ! »

    Le délégué s'en alla à sa place en boudant, Yue soupira une énième fois et alla s'asseoir. Miyu regardait par la fenêtre d'un air pensif et regagna son bureau.

    La journée se termina sans événements trop important et tout le monde allait vers leurs casier.

     

    A la sortie, Miyu se fit arrêter par un groupe de trois terminales. Ceux-ci lui demandèrent si elle voulait les accompagner au karaoké pour faire connaissance mais elle répondit non. A cela, les trois la tirèrent de force pour y aller. Les trois lui crièrent dessus voyant qu'elle n'avançait pas d'un millimètre.

    Au loin, Yue qui cherchait Irwin pour lui faire la peau entendis les cris des trois jeunes hommes, il s'apprêtait à intervenir lorsque Miyu se dégagea d'eux avec agilité. L'un deux se retourna et lui fonça dessus avec rapidité, d'un saut suivi d'un coup de pied retourné, il se retrouva à terre, un pied écrasant sa tête. Pendant qu'elle se battait, la jeune fille avait toujours ce regard neutre mais il avait un sentiment étrangement semblable à de la peine dans ses yeux.

    Elle semblait pensive et ne se concentrait pas sur le « combat ». Après en avoir mis un à terre, les deux autres se regardèrent et hochèrent la tête en même temps. Ils foncèrent sur elle, l'un glissant sur le sol pour la tacler et ainsi la mettre à terre l'autre fit un bon pour faire une figure en l'air et la toucher au cas où elle penserait à sauter pour esquiver. Ce qu'elle fit, cependant ce n'est pas à la hauteur qu'il pensait. Elle se courba tout en sautant en arrière, prenant appuis sur le sol avec ses doigts tendu et fit virevolter ses jambes à 180° de façon à faire une pierre deux coups en touchant les deux garçons.

    L'élan prit par sa jambe ajouta de la force de frappe qui fit retentir un lourd craquement venant sûrement d'un des terminales. Ce qui était effectivement le cas, l'un deux commençait à se tordre de douleur tandis que l'autre le regarda ahurit ne sachant quoi faire. Miyu soupira, elle s'approcha d'eux ce qui fit reculer l'indemne et trembler l'autre.

    Elle arriva au niveau du blessé et s'accroupit auprès de lui, la jeune le retourna avec précaution et délicatesse pour replacer ses os. Elle appuya sur ses points de relaxations en attendant que l'infirmière arrive. L'autre garçon la regardait assez choqué, tandis qu'elle lui lançait un regard remplis de bonté.

    Yue regarda cette scène étrange de loin, il allait s'en aller lorsque le blessé cracha du sang. Miyu se leva, les yeux écarquillés et parti en courant, un lueur qui ressemblait à des néons dans les yeux. Il la poursuivit, et la rattrapa derrière le gymnase, elle se tenait debout une main en l'air et l'autre cachant sont autre œil. En se rapprochant, il vit que du sang s'écoulait de sa main ainsi que partout sur sa joue. Il lui cria d'arrêter et Miyu baissa ses mains tout en se frôlant ce qui tacha ses vêtement pour les laisser tomber lourdement. Elle le regarda fronça tristement les sourcils et demanda :

     

    Chapitre 1: La fleur blanche ensanglantée.

    « Et toi ? Tu sais ce qui est blanc et imprégné de sang ? »

     

    Fin chapitre 1.


    13 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique