• Chapitre 2: Piège, Farce et Marqueur !

    Hy'num

    Chapitre 2 : Piège, farce et marqueur !

     

    «  Sais-tu ce qui est blanc et taché de sang ? »

     

    « Heu... toi je suppose … dit-il gêné. »

     

    La jeune fille se regarda, écarquilla un peu les yeux puis répondit d'un air jovial :

    « Ah oui. Tu as raison !

    • Tss. »

    Yue fronça les sourcils, lui prit la main et l'amena à l'infirmerie. Dans le chemin, lui demandait pourquoi il la tirait et qu'il lui faisait mal. Lorsqu'ils furent arrivés, il la poussa sur un lit et la regarda d'un air énervé :

    • Tu es bizarre.

    • Ah oui ?

    • Oui, tu l'es.

    Les deux se regardaient dans les yeux, cet échange dura quelques minutes. Elle baissa la tête et la tourna puis finalement demanda « Tu comptes rester là longtemps ? ». Yue la regarda, puis se regarda et se retira rapidement. Il était au dessus d'elle, ses mains de part et d'autres de sa tête et ses jambes entourant l'une des siennes. Le brun se dirigea vers une boite à pharmacie tandis que l'albinos se relevait d'un geste lent et se fit soigner. Pendant ce temps, Miyu l'observait d'un air fasciné, voir admiratif. Elle leva la main et pris une de ses mèches entre ses petits doigts et l'enroula autours. La demoiselle entrouvrit les lèvres et sourit.

    Yue étant occupé à sa tache et à penser, n'avait pas vu le sourire malicieux qu'arborait son vis à vis et se trouvait soudainement dessous-elle. Bizarrement, il tremblait. L'air de la pièce se faisait lourd et angoissant. Elle avait retiré sa cravate et l'avait enroulée dans sa main. Le rouge de celle-ci s'alliait parfaitement au sang restant dans sa paume.Un par un, elle détacha les boutons de sa chemise et caressa ou plutôt effleura son torse pour remonter sur son visage. D'un geste brusque Miyu l'attrapa par les cheveux et susurra d'un ton vulgaire : « It's time to rape » qui fit frissonner l'autre et lui laisser échapper une plainte gênée : il bégaya son nom, elle souffla et répondit d'un ton sec :

    « Non, non jeune homme. Miyu n'est plus là, call me Misuzu !

    • T'es une malade mentale... avec des troubles de la personnalité qui plus est.

    • Tss, tss. Non- ! Je suis sa jumelle, son for intérieur, sa protection, son gardien. Tandis qu'elle est pure et innocente, je suis pervertie jusqu'à la moelle... Mais dit-moi mon garçon... Pourquoi lui tournes-tu autours ? Elle te plaît ? Si je m'offre à toi... tu … la laisserais tranquille ?

    Yue était abasourdit. Entendre cela de la jeune fille d'apparence si innocente c'était... flippant. Il détourna la tête et ferma les yeux. Elle prit cela pour un « oui » et s'affaira à sa tache, elle se rapprochait de son visage, la bouche ;en cœur et souffla. Il ne manquait que quelques centimètres avant que leurs lèvres soient scellées.

    Soudain, un claquement de main se fit entendre au font de l'infirmerie, qui eux, furent suivit par d'autre. La personne était tapis dans l'ombre un et riait. Un regard sombre se mêlait à l'incompréhension de Yue. Il savait qui c'était :

    «  Toi... tu vas morfler ! Cria t-il. -Voyons Yue-Kun ! Sois-gentil ! Dit l'inconnu en se dandinant. »

    Il reprit et s'adressa à Miyu : «  Tu es bonne actrice, et tu m'as aidé, merci bien ! Promis juré, je te fais ce-que-tu-sais ! »

    Le brun était perdu dans la conversation « Comment ça ce-que-tu-sais ? » pensait-il. Tandis qu'il lançait des regards assassins au délégué, Miyu s'adressa à Irmin lui sollicita de les laisser seuls. Il s'en alla, un sourire semblant sous-entendre quelque chose de pervers.

    Après un blanc plus que long, Yue se décida à parler :

    « Ça t'amuse de faire ça ? Soupira t-il d'un air exténué.

    • Q-quoi ?

    • Me piéger.

    • Je... heu... c'est que …

    La demoiselle n'avait plus la même assurance que lorsqu'elle jouait la comédie, ce qui déstabilisa l'autre. Il soupira un bon coup ce qui fit sursauter l'albinos. Elle le regarda dans les yeux et lui demanda :

    • Qu'est-ce que c'est que … s'amuser ?

    • Quoi ? Tu te fous de moi ?

    Elle le regardait d'un air sérieux, déterminée à avoir sa réponse. Son interlocuteur s'apprêtait à, répondre lorsqu'elle tomba dans ses bras et gémissant de douleur. Yue ne savait pas trop quoi faire, il était tout seul et il n'y avait personne aux alentours. Il la porta donc sur un lit essayant de la calmer à l'aide de serviettes humides, au bout de quelques minutes elle se calma et le brun était toujours à son chevet.

     

    Voilà une bonne heure que le soir était tombé. Les trois terminales étaient déjà à l'hôpital et Irmin n'avait plus donné de nouvelles depuis lors. Ce vendredi soir, il n'y avait plus personne dans le lycée, les dortoirs avaient été déserté pour le week-end. Il ne restait donc que la petite paire de l'infirmerie dans l'établissement. Là-bas, Yue attendait patiemment, quoique un peu agacé, le réveil de Miyu.

    Celle-ci ne se décidait toujours pas à se réveiller. Il passa donc une main derrière sa nuque et une autre dessous ses genoux et la porta ainsi jusqu'à la gare après avoir précautionneusement posé sa veste sur elle. Il avait décidé de l'amener chez lui puisqu'elle ne se réveillait pas,vue qu'il n'allait pas la laisser là. De plus, même si elle se faisait secouer dans tout les sens elle ne tressaillait pas, aucun mouvement, de geste brusque ou bien une inspiration plus forte que les autres. Il pensait la ramener le lendemain.

     

    Le tram était arrivé, il l'assied sur un siège assez loin des gens, et se mis à côté. Après une bonne demi-heure de route, ils arrivèrent. Yue la pris sur son dos et l'amena donc chez lui. La maison était plongée dans le noir et très calme. Il lui enleva ses chaussures et la déposa sur le canapé. Le brun s'étira et se fit quelque chose à manger : un sauté de légume accompagné de riz.

    L'odeur des plats arrivèrent aux narines de la jeune fille et la réveilla, elle semblait affamée. C'est sûrement dut au fait qu'elle n'avait pas mangé au déjeuné : elle avait oublié son panier repas.

     

    Miyu se releva dans un endroit qui jusqu'à lors, lui était inconnu. Elle regarda autours d'elle, la pièce était dans les tons beiges et blanc, elle était très lumineuse. Elle était grande, et spacieuse : il y avait peu de meuble.

    La fille était assise sur un canapé de « L » de cuir blanc, un tapis de même couleur lui chatouillait les pieds. Au mur, il y avait quelques peintures qui elles étaient assez macabres, elles représentaient des scènes de morts ou de sacrifices mais étaient très bien réalisée.

    Au fond de la pièce, une commode noire semblait détonner dans la pièce. Dessus y étaient posés des cadres avec des photos. L'un deux était renversé, d'un geste lent elle le prit et commença à le tourner.

    C'est à ce moment-là que son hôte arriva dans un « Ah, t'es debout. » qui la fit sursauter . Elle se tourna vers lui :

    • Où on est ?

    • Chez moi.

    • D'accord.

    Après une petite pause elle reprit :

    • Et pourquoi ?

    • Évanouie. Dodo.Tard.Moi ramener ici.

    • D'accord.

     

    Si il y avait un oscar de la conversation la plus divertissante de l'année, il ne serait sûrement pas décerné à celle-ci. Leurs manque de parole était navrant. Miyu regarda Yue et gonfla les joues, celui-ci détourna du regard, sa bouille était vraiment trop adorable. Il lui proposa d'aller manger, elle accepta et ils allèrent dans la cuisine.

    Tout comme le salon, la cuisine était beige et blanche mais aussi peu meublée. Elle avait été aménagé dans le style américain : c'était très joli et agréable. Ils s’assirent chacun de part et d'autre du comptoir. Le brun lui servit une assiette et fit de même pour lui, dans un « bon appétit » synchronisé les deux commencèrent à manger. Après ce bon repas, un énième blanc régnait dans la pièce. Yue se leva, et alla trifouiller dans sa chambre, il revint quelques minutes après avec des vêtements propres.

    «  Tu peux aller prendre une douche, le sang c'est pas trop …

    • Hum, où est la salle de bain ?

    • Deuxième à gauche. »

    Elle se dirigea donc là-bas les vêtements sur les bras. Pendant ce temps Yue s'allongea sur le canapé pour regarder la télé, une dizaine de minutes après elle arrivait propre et presque séchée : ses cheveux étaient trop long pour qu'ils soient secs en 10 minutes. Elle arriva dans le salon et vit le brun assoupit sur le canapé. La demoiselle, s'accroupit à son niveau et lui toucha la joue ; aucune réaction. Elle la lui tira ensuite ; toujours rien. Il dormait vraiment. Elle regarda autours d'elle et vit une chose qui lui fit briller l’œil. Elle avait eut une bonne idée... Après avoir mis son plan a exécution puis se coucha sur la partie non-occupée du canapé.

     

    Le lendemain matin, le brun se réveilla a plat ventre sur son canapé. Il ouvrit un œil, puis un autre et fini par les refermer. Une demie-seconde après, il se releva violemment : le visage de Miyu était en face du sien. Rapidement, il se souvint des événements passés hier ; Miyu à l'infirmerie, le malaise et une longue, très longue attente. Il revint donc sur Terre, et commença à fixer la plus jeune ; elle était calme et paisible, comme à l'accoutumé mais, cette fois, elle ne semblait pas sur ses gardes... comment dire … fragile !

    Miyu se leva, la mine endormie et le regarda à son tour. Elle eut un léger sourire et s'étira comme un chat. Il se leva à son tour et prépara un petit déjeuné. Elle s'assit à la même place que la veille et mangea après lui avoir souhaité un bon appétit. Quand ils eurent fini leur petit-déjeuner, Yue lui prépara un sac avec ses affaires et lui prêta un manteau (nous étions fin automne, le temps se faisait frisquet dans les alentours). Il s'habilla après avoir fait sa toilette et ils partirent ensemble. La petite paire détonnait dans la foule, la fille se détachait des autres par sa couleur de cheveux et l'autre se démarquait par son infinie classe.

     

    Tous le monde se tournait vers eux. Certains avaient le sourire aux lèvres,il y en avait qui commençaient à avoir des rougeurs et d'autre chuchotaient entre eux. Yue ne comprenait pas pourquoi et Miyu ne semblait pas y faire attention. Le tandem était devant le lycée, la demoiselle le remercia et lui dit qu'elle lui rendrait ses affaires Lundi. Il hocha de la tête et s'en alla dans un « au revoir » rapide, elle fit de même et le salua.

     

    Lundi 25 octobre : Le ciel était couvert, l'air était glacial. Tout portait à croire que l'hiver avait décidé de se manifester une semaine avant l'heure. Il avait plus, les fines gouttelettes restantes sur des feuilles étaient déjà glacée.

    Devant lycée, les élèves arrivaient un par un, chacun avec leurs valise et des manteaux plus chauds. Yue arriva.Il portait un masque blanc, il devait sûrement être malade à voir le visage rouge qu'il avait. Il entra dans la classe, c'était toujours le premier à être là, pour profiter au mieux du calme et de la chaleur du radiateur proche de lui. Cette fois-ci, il y avait déjà quelqu'un qui était là, la jeune albinos de 14 ans : Miyu Sasaki. Elle était à coté du radiateur, en train de se réchauffer les mains en regardant à travers la fenêtre.

    Il fit tomber son sac au sol, se craqua les doigts et mis une main dans sa poche, et s'approcha d'elle. Elle se retourna et lui dit « bonjour » avant...

     

    Un cri effroyable venant de la classe retentissait dans le couloir. Tous se précipitèrent vers elle dont Irmin. Il ouvra d'un seul geste la porte et releva la tête. Les élèves étaient tous choqués. Miyu était presque allongée sur son bureau Yue la retenant par la tête d'une main, un marqueur dans l'autre. Elle se débattait en faisant la moue tandis que lui riait sadiquement. Le délégué les interrompis en se raclant la gorge :

    • Heu... Yue ? Que fais-tu ?

    Le prénommé se retourna d'un air étonné, alors que la Miyu lui arracha son masque. Ils riaient tous. Le brun, d'un ton agacé répondit :

     

    « Comme le dit le proverbe : « Œil pour œil, dent pour dent », si moi j'ai des moustaches de chat, elle en aura aussi . »

     

     

    Fin chapitre 2


    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :